Budget de la Ville

Budget 2019 : équilibre et ambition

Grâce aux efforts continus depuis 2014 et à une gestion saine, les grands équilibres du mandat ont été maintenus. La municipalité a tenu les objectifs qu’elle s’était fixés.

Malgré une baisse des dotations de l’État dépassant les 3 M, la Ville a maintenu une offre de service public de qualité, en limitant au strict minimum nécessaire l’augmentation des impôts locaux et des tarifs municipaux [crèches, cantines, équipements publics, etc.], il y a deux ans. “ Nous limitons la hausse des dépenses de fonctionnement à 1,2% par an. Si les effets de la loi de finances [baisse de la dotation globale de fonctionnement] nous obligent à des efforts importants, nous réussissons à dégager 1,5 M€ d’épargne nette en 2019. Nous avons une capacité d’investissements de 6 M€ cette année puis de 5 M€ en perspective pour 2020 et 2021. Si nous avons recours à un emprunt de 2,5 M€ par an, notre dette par habitant [585E] reste très nettement inférieure à la moyenne nationale des villes de même taille, qui s’élève à 1 109€ ”, indiquait Frédéric Parre, adjoint aux finances, lors de la présentation du budget au cours du Conseil municipal, le 28 mars dernier.

Maîtriser pour investir

Les efforts faits sur le fonctionnement dans tous les secteurs permettent d’envisager sereinement les différents investissements nécessaires pour rénover des équipements, assurer la transition énergétique, mieux répondre aux besoins de la population en matière d’éducation, de sports, de culture, de petite enfance et vie associative. “ Une satisfaction car nous subissons la hausse des prix de l’énergie [+6,3% pour l’éclairage public, +4,6% sur l’électricité et +4% pour le gaz sur les deux dernières années] ; des dépenses de sécurisation liées au plan Vigipirate [50 000€] ; la compensation des aides perdues pour les emplois aidés et bien sûr l’augmentation du coût des travaux. Tout en étant prudents, nous pouvons donc poursuivre nos objectifs de mandat ”, souligne l’élu.

6 M€ d’investissement

Pour mener à bien tous les projets, la commune emprunte à hauteur de 2,5 M et bénéficie des taux d’intérêt très bas actuellement. En effet, les capacités d’autofinancement de 3,5 M sont confortables mais pas suffisantes. En ce qui concerne l’enfance et la jeunesse, 335 000 sont alloués pour la restauration, 240 000 pour la création d’un dortoir à l’école du Petit- Chêne, 470 000 seront dévolus à la rénovation complète de l’espace 15-25 ans situé rue de l’Ariège et 380 000 pour des travaux d’entretien dans plusieurs groupes scolaires. Dans le cadre de la transition écologique, 220 000 sont affectés à des travaux relevant de l’agenda 21, notamment la réfection de la chaufferie du dojo et la mise en place d’éclairage à LED et de minuteurs pour l’extinction automatique dans les bâtiments communaux. La rénovation complète du boulodrome vient de démarrer pour un montant total de 572 000.

Film de présentation du budget 2019

 

 

 

 

 

Budgets primitifs

L’article L 2313-1 du Code Général des Collectivités Territoriales prévoit qu'« une présentation brève et synthétique retraçant les informations financières essentielles est jointe au budget primitif et au compte administratif afin de permettre aux citoyens d’en saisir les enjeux ».

Documents de synthèse :

Budgets primitifs 2019

Budgets primitifs 2018

L’extension de l'Espace Sportif Quéfets

L’extension du gymnase de Quéfets est un projet en cascade. En effet, une fois les travaux terminés, la nouvelle extension permettra d’accueillir les utilisateurs scolaires et les clubs sportifs s’exerçant au gymnase Labitrie, pendant la rénovation de celui-ci. “ Une rénovation de qualité prend environ un an, il était donc nécessaire d’achever l’extension de l’espace sportif de Quéfets pour pouvoir ensuite rénover le gymnase Labitrie, mais également doubler la surface de jeux et, à terme, accompagner la montée en puissance du lycée et des clubs sportifs ”, explique Gilbert Quéré, adjoint en charge des travaux. Cette extension était d’ailleurs prévue dès le lancement du projet du complexe sportif de Quéfets. Huit vestiaires avaient ainsi été construits pour anticiper cet agrandissement.

“ Les travaux sont lancés, le gros oeuvre devrait être terminé en octobre 2019, pour une livraison au cours du premier semestre 2020 ”, annonce l’élu avant de détailler les futures améliorations apportées par l’extension. La nouvelle salle multisports offrira une surface aux normes, utilisable pour le handball et basket-ball. Le terrain a été complété d’une tribune de 250 places permettant d’accueillir des compétitions nationales. Cette salle sera équipée de deux ensembles de paniers d’entrainement de basket pour les activités des lycéens et collégiens. Le tout sera complété de marquages pour la pratique du badminton. La salle d’escalade verra son espace “blocs” mis aux normes nationales.

Un nouveau dortoir au Petit Chêne

Le dortoir de l’école du Petit-Chêne n’est plus adapté au nombre d’enfants qui dorment sur place. “ Nous avons prévu un agrandissement de 85m2. Cette extension offrira l’espace suffisant pour 40 couchages pour un montant de 240 000€. Ce bâtiment spécialement dédié au repos aura des ouvertures adaptées, des sanitaires à proximité et offrira donc un confort aux petits, mais également au personnel et aux enseignants. Ce dortoir sera équipé d’un système de chauffage avec une climatisation réversible, comme dans toutes les nouvelles constructions ”, explique Murielle Thomas, adjointe déléguée aux affaires scolaires.

D’autres travaux sont prévus, notamment la poursuite de la sécurisation des groupes scolaires avec l’installation de portails équipés de visiophone et d’un système d’ouverture à distance dans les écoles Georges Lapierre et Moulin à Vent, pour un montant total de 120 000€.

Accès rapides