Expression politique

Conformément à la loi du 27 février 2002, relative à la démocratie de proximité, un feuillet libre permettant aux groupes politiques composant le conseil municipal de s'exprimer est inséré en supplément dans chaque parution du journal municipal (Tournefeuille Infos). Le contenu de ce supplément est retranscrit sur cette page.

Textes issus du supplément du Tournefeuille INFOS N°117 (Mai - Septembre 2018)

 

La majorité municipale

Débat budgétaire : quelles propositions alternatives crédibles ?

Au sein de nos instances démocratiques représentatives, nationales comme locales, le débat budgétaire et le vote qui s’ensuit sont généralement considérés comme des actes politiques majeurs.
Dans la vie courante d’une collectivité, il n’est pas rare, et c’est heureux, que l’ensemble des conseillers municipaux se retrouvent autour de propositions de la municipalité. Le vote annuel du budget primitif est alors l’occasion de marquer les différentes approches entre la majorité et l’opposition. D’ailleurs, le législateur a encore renforcé l’importance de ce rendez-vous démocratique et des droits de l’opposition, en faisant précéder le vote du budget d’un débat d’orientation budgétaire. Pour notre part, nous sommes allés au-delà des obligations légales pour promouvoir la réflexion par des réunions de travail supplémentaires.
Ainsi, élus de la majorité comme de l’opposition disposent d’informations sur les orientations budgétaires depuis début février. Ils ont pu en échanger, demander des précisions au cours d’une commission tenue une semaine avant le débat d’orientation budgétaire. Pour parfaire l’information de chacun le Maire y a ajouté un groupe de travail finances auquel chacun des groupes politiques était invité, le 13 mars alors que tout le monde avait déjà reçu les éléments fournis par les services municipaux.
Le 22 mars, lors la séance en grande partie consacrée au budget 2018, en possession des indicateurs depuis deux semaines et des grandes lignes depuis six semaines, chacun se trouvait en mesure d’aller au-delà de critiques personnelles, de discours sur la méthode. Ces pratiques traduisent une incapacité à transcender le rôle d’opposant systématique, à se mettre en situation d’imaginer objectivement comment agir au nom de la collectivité.
Pour quiconque entend incarner une alternative crédible, rien ne saurait justifier l’absence de contre-propositions constructives. Pourtant, nous regrettons pour la richesse du débat démocratique que, face à nos choix, aucune vision globale n’ait été présentée. Au lieu de cela nous constatons :

DES INCANTATIONS
Il faudrait ainsi faire plus d’économie alors que la municipalité a beaucoup travaillé avec les services municipaux pour optimiser leur fonctionnement [1 million d’euros d’économies depuis 2014]. Si bien que nos dépenses de personnel représentent moins de la moitié des dépenses réelles de fonctionnement alors que la moyenne dépasse les 60% dans les communes comparables.
Soit, mais il ne faut pas s’arrêter à cette formule un peu facile et expliquer aux Tournefeuillais sur quel service il s’agit de faire porter l’économie.
Nous devrions investir moins [alors que nous le faisons déjà sensiblement moins que les communes de même strate]. Auquel parmi ces derniers investissements d’importance renoncer ?
Aux extensions et à la sécurisation dans les groupes scolaires accompagnant au plus juste l’évolution du nombre d’enfants scolarisés ?
À la modernisation de la restauration municipale ? À l’agrandissement du Centre Communal d’Action Sociale ? À l’investissement sur les équipements sportifs, parfois vieux de 50 ans, qui débute par le terrain synthétique de football ? Par ailleurs, il ne faut pas négliger l’impact des contraintes mises sur l’investissement des collectivités locales pour notre économie en général. Les collectivités locales restent des acteurs majeurs en représentant bien plus de la moitié de la commande publique.

DES INCOHÉRENCES
Voter le budget en toute cohérence induit que, si l’on vote une dépense, on en vote les moyens prévus dans le budget primitif. Ainsi, en votant contre le budget, les groupes d’opposition ne prévoient pas le financement des subventions aux associations… en faveur desquelles ils votent pourtant.
De la même manière, on ne peut pas se prononcer contre l’implantation de logement social sans expliquer comment faire face aux pénalités prévues par la loi SRU en cas de non-respect de ses préconisations.
Enfin, nous avions déjà souligné l’incohérence d’un conseiller métropolitain votant pour l’augmentation des taux d’imposition au sein de cette instance, et contre au Conseil municipal statuant sur une revalorisation bien plus mesurée des taux communaux. Cette année, l’ensemble des élus d’opposition a voté en faveur des taux d’imposition proposé par la Municipalité alors qu’ils sont strictement les mêmes que ceux contre lesquels ils avaient voté l’an dernier.

UN JEU MALSAIN AVEC LES PEURS
Systématiquement, la discussion autour de l’état de la dette donne lieu à l’expression de craintes infondées. D’une part, les ratios officiels montrent bel et bien que la dette par habitant est ici deux fois moindre que dans les communes de même taille. En outre, la renégociation de nos emprunts pour des produits à taux fixes simples a non seulement grandement sécurisé notre situation et en plus a permis de baisser de 17% les intérêts versés en 2018.
Ces questions revêtent une importance accrue dans le contexte contraint que nous connaissons. Rappelons que les collectivités locales contribuent plus que tout autre au redressement des comptes publics [le rapport de juin 2017 de la Cour des comptes rappelait que les collectivités locales portaient à elles seules la moitié de la réduction du déficit public] tout en continuant d’assurer le service public de proximité. Pour Tournefeuille, 3 millions d’euros de recettes ont ainsi été supprimés.

En matière d’orientation budgétaire, comme d’urbanisme ou de déplacements, les Tournefeuillais auraient mérité un vrai débat s’appuyant sur des visions globales différentes.

Autour de Dominique Fouchier,            
les élus de la majorité municipale.       

 

Liste "Demain Tournefeuille"

LE BUDGET 2018

Le budget de la commune a été présenté au vote du Conseil Municipal le 22 Mars dernier. Après une présentation synthétique des chiffres par l’adjoint en charge du budget, Monsieur le Maire a pris la parole pour s’auto-féliciter et nous annoncer qu’il jugeait son budget tout à fait responsable… voilà qui nous rassure, le contraire aurait été surprenant !! Il a ensuite interpellé l’opposition nous demandant une appréciation politique de ce budget tout en affirmant qu’il savait que nous voterions contre !
Tout ceci n’est pas sérieux alors qu’il s’agit de décider de l’utilisation de nos impôts. Comment en effet débattre alors que nous n’avons pas les éléments dont disposent Monsieur le Maire et ses adjoints pour élaborer ce budget ? Voter pour ce budget reviendrait à signer un chèque en blanc et cela ne serait pas “responsable” !
D’autre part, et comme d’habitude, nous n’avons eu droit qu’au dernier moment de prendre connaissance des projets d’investissement envisagés et nous avons ainsi découvert qu’il nous était proposé de voter un budget de 850 000€ pour la réalisation d’un terrain de football synthétique. Mais pourquoi privilégier le football, alors que, de l’avis même de l’adjoint aux sports, il manque un gymnase pour satisfaire les besoins de l’ensemble des clubs de sport de la commune ?
A notre question légitime de savoir ce qui avait justifié ce choix de la majorité, nous nous sommes entendus répondre que “ puisque toutes les communes autour avaient un terrain de football synthétique, pourquoi pas Tournefeuille ? Quant au gymnase manquant, sa construction est prévue pour les années futures : donc il suffit de patienter ! ”. Si une telle réplique peut à la rigueur faire rire dans un théâtre de boulevard, elle ne peut qu’inquiéter dans l’enceinte d’un Conseil Municipal.
Les Tournefeuillais ne peuvent se satisfaire d’une réponse aussi désinvolte dès lors qu’il s’agit de leur rendre compte de la manière dont est dépensé l’argent de leurs impôts.

Les élus de la liste "Demain Tournefeuille"     
Patrick Beissel, Françoise Viatge,          
Alain Perriault, Patrick Besnon            

 

Liste "Tournefeuille bleu marine"

MASSE BÉTON

Urbanisme encore et toujours ! Il y a quelques années les petits collectifs construits dans notre ville se mariaient tout à fait avec le paysage : pas très haut, R2 le plus souvent, ils étaient en retrait de la route, la végétation contribuait à harmoniser les différents sites.
Actuellement tout à évolué, nous avons de véritables masses de béton qui rappellent certains collectifs où les zones de non droit fleurissent. Des bandes d’individus prennent possession des lieus et imposent leur loi. Dans ces quartiers, la police, les pompiers voir même les ambulances ont du mal à y pénétrer.
A Tournefeuille, cette densification ne risque t- elle pas de multiplier ce genre de problèmes ? Il existe déjà des comportements d’Intimidation vis-à-vis d’un certain voisinage s’il ne convient pas, mais aussi des incivilités en tout genre, trafics de drogues…. Avec eux les comités de vigilances augmentent, certains de leurs membres que je félicite pour leur courage sont parfois épuisés, et nous ne pouvons que compatir!
Parallèlement le trafic d’engins de chantier et de poids lourds déforme les chaussées ! Alors que certains quartiers avec l’assentiment des responsables de secteurs, je le rappelle sont oubliés ! est- ce le contribuable qui devra mettre la main au portefeuille pour la remise en état des routes ?

Michèle Pellizzon "Tournefeuille Bleu Marine"                 
michele.pellizzon@mairie-tournefeuille.fr

 

Liste "Tournefeuille autrement"

TAXE D’HABITATION

Le gouvernement veut/va supprimer cette taxe. Les Tournefeuillais seront impactés comme tous les Français concernés, mais là n’est pas le sujet de cet article. Savoir si les communes seront intégralement compensées des montants ainsi disparus, non plus. Nous voulons vous faire partager notre point de vue : la suppression de la TH est une très mauvaise idée car elle sert, entre autres, à financer des services publics communaux comme l’éclairage des rues, les cantines scolaires etc.
Ne plus la payer, directement sous cette forme, peut laisser croire à la gratuité de ces services. Or il n’échappe à personne que nous profitons tous de tels services. Nous savons aujourd’hui à travers les taxes d’habitation que ces services ne sont pas gratuits car nous les payons. Et demain ? Mais surtout, cette taxe, en montant comme en variation annuelle, est un indicateur simple, accessible à tous et très approprié de la rigueur ou du laxisme budgétaire de l’équipe municipale aux commandes.
La supprimer, c’est priver le citoyen d’un moyen de jugement et par là restreindre l’électeur dans son droit démocratique. Réformer cette taxe, en particulier son assiette qui la rend très inéquitable : oui.
La supprimer : non.
Par contre, on devrait se poser la question du maintien de la taxe foncière : est-il normal de payer chaque année, pour la seule raison de détenir un bien, alors que l’acquéreur a payé à l’Etat les droits de mutation ? La vignette auto relevait de cette “logique”.

La liste "Tournefeuille autrement"              

 

À la une

Accès rapides